Biographie Jamyn — Proposition

Amadis Jamyn est né à Chaource, très vraisemblablement en 1540, date de la parution de l’Amadis de Gaule de Herberay des Essarts, d’après l’œuvre en espagnol de Montaldo.

Il fut confié comme page à Pierre de Ronsard dont il devint le secrétaire et l’ami. Devenu « Secrétaire et lecteur ordinaire de la chambre du roi », il a vécu au Louvre dans l’entourage de Charles IX puis d’Henri III. Sa notoriété fut assurée par sa traduction en dodécasyllabes de l’Iliade à partir du texte grec, publiée partiellement dès 1577. Une première édition de ses Œuvres poétiques parut en 1575 et connut de nombreuses rééditions. En 1584 parut le Second Volume des Œuvres. Ses poèmes sont le reflet de cette époque tragique des guerres de Religion. À côté de nombreux poèmes d’amour, œuvres sincères ou de commandes, figurent nombre de pièces qui nous renseignent sur la vie de la cour.

Vers 1584, il quitta la cour et revint dans son domaine de Basly (Les Baillys) à Chaource. Par son testament de 1591, il a fondé un collège à Chaource et exprimé la volonté que douze écoliers pauvres y soient accueillis gratuitement. Il décéda à Chaource le 11 janvier 1593 et fut vraisemblablement inhumé dans la chapelle familiale de l’église.

Le collège porte son nom depuis 1993.

On peut se référer aux études qui lui sont consacrées :

– Théodosia Graur, Un disciple de Ronsard, Amadis Jamyn, 1929, Genève, rééd. Slatkine, 1981.

– Samuel M. Carrington, Amadis Jamyn, Les Œuvres poétiques, Genève, librairie Droz, 1973.

– Les communications de Guy Cure à la Société académique de l’Aube : « Amadis Jamyn ou les aléas de l’immortalité », 2011 ; « Amadis Jamyn, un poète, un savant, témoin de la cour des derniers Valois », 2017.

BIOGRAPHIE - WIKIPEDIA

Fils de Claude-Nicolas Jamin et de Marie Chemelet, Amadis Jamyn, poète champenois, est proche du cercle littéraire de la Pléiade, ami de Pierre de Ronsard et le traducteur en vers français des 13 derniers livres de l’Iliade d’Homère publiés en 1580. Il commence également la traduction de l’Odyssée du même auteur mais la laisse inachevée. Il se « spécialise » dans les poèmes d’amours. Secrétaire de la Chambre de Charles IX, puis de Henri III. Il fréquente, sous Henri III, l’Académie du Palais, première « ébauche » d’une « Académie française ».

Son père Claude Nicolas (prévôt de Chaource et Procureur général, a très certainement trouvé son prénom dans le roman de chevalerie Amadis de Gaule du portugais Vasco de Lobeira, récemment traduit en français.

Il reçoit une éducation soignée, en tant que clerc du diocèse de Langres. Les premiers vers que l’on connait de lui ont pour titre « Stance à la reine mère passant à Nogent-sur-Seine », et datent de 1564. En 1565 (voire plus tôt), il devient secrétaire de Ronsard dont il transcrit les œuvres et missives.

Il suit son maître en Vendômois, au prieuré de Saint-Cosme puis au prieuré de Croix-Val. Durant les années 1569-1570, il quitte cette région pour rejoindre la Cour du roi où son nom, comme poète, s’affirmait déjà. Grâce à Ronsard, le roi Charles IX le retient comme lecteur ordinaire de la chambre du roi en 1571 et comme secrétaire du roi vers 1573.

En 1570, il publie à Lyon un Avant-Chant nuptial pour le mariage de Charles IX. Ses nombreuses poésies qu’il réunit sous le titre Œuvres poétiques au roy de France, 1575 le placent au rang des premiers auteurs de son époque. Il y célèbre, pour son compte et pour celui de son royal maître, les beautés qu’il avait connues à la cour ou dans les salons, sous les noms d’Oriane, Arthémis, et Callyrée. Mais il se lasse de la cour et fit des séjours de plus en plus fréquents à Chaource surtout après la mort de Ronsard en 1585. Ainsi en 1584, il fait donation d’une maison avec la destination d’en faire un collège, et en 1591, par testament, il laisse une somme de 300 livres pour subvenir aux besoins du dit collège. Il est à noter que l’actuel collège de Chaource porte son nom depuis 1993. Une rue de Chaource porte également son nom.

Il meurt à Chaource le 12 janvier 1593 et est inhumé dans l’église paroissiale.

Seigneur de Basly, Amadis eut trois frères (« 1 »): Claude (Procureur du Roi et Lieutenant général au bailliage de Chaource), Benjamin (poête et traducteur, secrétaire du Duc d’Alençon), et Gabriel, riche marchand.

ENGLISH ...

Amadis Jamyn
French, 1538–1592
Les Œuvres Poétiques (Poetic Works) 
Paris, 1575
Division of Rare and Manuscript Collections, Cornell University Library

 

Amadis Jamyn, also known as “Corydon,” served the poet Pierre de Ronsard as a page starting at the age of thirteen; he was himself a poet-courtier. His Poésies adressées à leurs majestez contains a particularly flattering epistle to the King Charles IX: “You are what a Monarch ought to be, and all the virtues you expect from a great prince like you are displayed in a hundred instances, etc.” (Vous estes tel qu’un Monarque doit être /Toutes vertus qu’un prince doit avoir /Grand comme vous, pour faire son devoir / En cent façons vous le faites paraître). But in 1575 the book is dedicated to Henri III, “King of France and Poland.” This reminds us that, during the reign of his brother, Charles IX, Henri de Valois had been crowned King of Poland (and Lithuania) by the local nobles in 1573. However, Charles died three months after Henri’s coronation and Henri secretly departed and returned to his country of origin, where he was crowned King of France on 13 February 1575, at Rheims Cathedral.

PUBLICATIONS

  • Les Œuvres poétiques d’Amadis Jamyn. 1575. À Paris, par Mamert Patisson, imprimeur du Roy, au logis de Robert Estienne. 1579. Revues et corrigées.
  • Discours de la philosophie a Passicharis et a Rodanthe. À Paris, pour Félix le Mangnier, libraire au Palais, en la Galerie allant à la Chancellerie. 1584.
jamyn