Un peu d'histoire ...

Il était une fois une abbaye bénédictine à Montiéramey, une abbaye riche et puissante, située à 17 km à l’est de Troyes. Elle avait été fondée en 837. Elle a connu une période faste aux XIIe et XIIIe siècles, profitant de l’essor donné à leur province par les comtes de Champagne. Chaource était depuis 880 une possession de l’abbaye bénédictine de Montiéramey.

Dans les dernières années du XIIe siècle, l’abbaye finance les premiers travaux d’édification d’une église en pierre à Chaource. Quelques points de repères : Philippe Auguste est roi de France, Thibaut IV est comte de Champagne, Chrestien de Troyes est mort depuis quelques années seulement. Il est d’usage que l’abbaye finance les travaux du chœur, la nef et les chapelles latérales étant à la charge des habitants. Au début du XIIIe siècle, la partie dévolue à l’abbaye est terminée. Il faut attendre le début du XVIe siècle pour que les habitants financent la construction du reste de l’édifice. L’épidémie de peste noire et la guerre de cent ans sont sans doute des causes essentielles de ce retard.

Au XVIIe siècle, l’abbaye retrouve une certaine prospérité comme en témoignent les travaux sur ses bâtiments où elle prévoit d’installer unorgue. En 1696, les buffets construits par les menuisiers Champagne et Desacer sont mis en place, ornés de sculptures réalisées par Chabouillet. Louis Le Bé fournit la partie instrumentale en 1698.

Ce fonds primitif comprend 16 jeux. L’abbaye de Montiéramey poursuit les travaux sur ses bâtiments au cours du XVIIIe siècle et améliore son orgue par l’adjonction de 6 jeux fournis par Jean Richard en 1780. En 1790, l’abbaye devient bien national. Une grande partie des bâtiments sont détruits. Le Conseil de fabrique de l’église Saint-Jean-Baptiste de Chaource acquiert l’orgue et fait effectuer la mise en place en juillet 1791 par Bénigne Boillot, facteur d’orgue dijonnais. L’orgue est alors ainsi composé : 1er clavier, positif : Prestant, Bourdon, Nazard, Doublette, Tierce, Fourniture, Cromorne, Voix humaine. 2e clavier, grand orgue : Grand cornet V, Montre, Prestant, Flûte 8, Bourdon, Nazard, Doublette, Tierce, Fourniture, Grosse trompette, Deuxième trompette, Clairon. 3e clavier, récit : Cornet V, Hautbois. Tremblant fort, tremblant doux, accouplement positif sur grand orgue. Les 22 jeux retrouvent leur place sur le buffet commandé par l’abbaye, dont les colonnes torsadées et décorées de ceps de vigne surprennent aujourd’hui encore les visiteurs.

Nicolas-Antoine Lété, facteur d’orgue du roi, opère en 1847-1848 une reconstruction générale portant l’instrument à 32 jeux sur 3 claviers et pédale.

Suit une longue période d’usure, d’interventions maladroites, de dégradations. L’orgue est dans un état de complet délabrement quand il est classé monument historique pour son mobilier le 27 février 1959, puis pour sa partie instrumentale le 19 juillet 1962. En 1971, la municipalité dirigée par Bernard Moretto, l’organiste Mademoiselle Wichard et Jean-Marie Meignien technicien-conseil conjuguent leurs efforts pour une véritable renaissance de l’orgue de Chaource. Les travaux sont confiés au facteur lyonnais Athanase Dunand et à son fils Jean. Ils entreprennent un relevage puis une restauration complète dans l’esprit d’une reconstitution historique aussi rigoureuse que possible. L’orgue retrouve alors son ton ancien et son tempérament inégal. En entorse à l’héritage historique, l’orgue bénéficie de l’adjonction de 2 jeux de pédale, indispensables à l’exécution de nombreuses pièces du répertoire. Il est accusé réception des travaux le mercredi 22 décembre 1976 à 15 heures. L’orgue possède depuis cette date 25 jeux (13 de Le Bé, 5 de Richard, 3 de l’été, 4 de Dunand) sur 3 claviers (53 et 37 notes) et pédale (29 notes). Il attire des artistes internationaux, enchantés de faire résonner ce vénérable instrument à la sonorité si particulière.

Il apparaît néanmoins qu’une certaine usure commence à se manifester et qu’il faudra bientôt entreprendre un nouveau relevage et améliorer la soufflerie.

(L’essentiel de ce document a été rédigé à partir des articles publiés par Monsieur Jean-Marie Meignien dans les numéros de La vie en Champagne de juin 1980 et septembre 2002, et de son introduction dans le livre d’or de l’orgue.)

Composition de l'Orgue depuis 1976

LES 25 JEUX

  • POSITIF (I) 53 notes ; C1 – F5 sans C#1 8 jeux
  • Prestant 4 Le Bé
  • Bourdon 8 Le Bé
  • Nazard 2 2/3 Le Bé
  • Doublette 2 Le Bé
  • Cymbale III 1/2 Dunand
  • Tierce 1 3/5 Dunand
  • Cromorne 8 Le Bé
  • Voix humaine 8 Le Bé

GRAND ORGUE (II) 53 notes ; C1 – F5 sans C#1 11 jeux

  • Grand cornet V ; C3 Le Bé
  • Montre 8 Le Bé Richard (façade)

Prestant 4 Le Bé
Flûte ouverte 8 ; C2 Richard
Bourdon à cheminée 8 Le Bé
Nazard à biberon 2 2/3 Le Bé
Doublette 2 Le Bé
Plein jeu V Le Bé
Tierce 1 3/5 Dunand
Trompette 8 Lété
Clairon 4 Lété
RÉCIT (III) 37 notes ; F2 – F5 4 jeux

  • Bourdon 8 Richard
  • Flûte 4 Richard
  • Cornet III Richard
  • Hautbois 8 Richard

PÉDALE 29 notes ; C1 – F3 sans C#1 2 jeux

  • Flûte en bois 8 Dunand
  • Trompette 8 Lété
  • Accouplement I / II Tremblant Pos.
  • Diapason ancien (395) Tempérament inégal (selon Dom Bedos)

Relevage & Restauration

Relevage ? Curieuse expression ; mais l’univers de l’orgue a son vocabulaire propre… Un relevage consiste à remettre à niveau, à « relever » un instrument vers un état parfait, sans en modifier la structure, tant mécanique que musicale. Il s’agit d’une révision de tous les éléments qui constituent un orgue. Le facteur d’orgue effectue plusieurs opérations :

  • Dépose de toute la tuyauterie de l’instrument
  • Dépoussiérage (soufflage) des tuyaux
  • Révision des sommiers (bouchage des fuites)
  • Révision de la mécanique (réglages)
  • Correction des éventuels dysfonctionnements
  • Remise en place des tuyaux
  • Remise en harmonie des tuyaux
  • Accord général de l’instrument

Cette opération devrait s’effectuer pour un parfait état de marche de l’orgue tous les 25 ans environ.

Une restauration consiste à remettre un instrument dans un état structurel antérieur. Ce qui fut réalisé en partie en 1976.